Il est étonnant de voir comment certains rédacteurs dont je ne doute ni de la culture ni de l'éducation, négligent de relire leurs écrits avant de les publier sur le net (sans doute sont-ils pressés d'y voir avec quelque fierté leur page, à moins qu'ils ne soient bousculés par leur webmaster).Tout autant de voir comme nombre d'entre eux sait à peine que la plupart des logiciels de rédaction de textes, dispose d'outils de correction d'orthographe.

A quand, la période où nous pourrons les lire dans le style de nos gamins sur leurs mobiles ? Peut-être en seront ils plus compréhensibles…

 

Je n'en dis pas plus et vous livre certaines que j'ai eu l'occasion de relever, en précisant les sources, date, titre de la chronique, et l'auteur.

 

" Chaque année, le festival international Toulouse les Orgues s’ingénue à trouver de nouvelles voies…"

(Altamusica, 10/10/2009, Toulouse les Orgues 2009 : Orgues et politique, Olivier Brunel)

 

" Enfin, Stéphanie d'Oustrac serre magnifiquement la partition de Poulenc…"

et, plus loin : " …cette luxueuse récitante - qui n'avait pas fréquentée le Capitole depuis… "

Anaclase, 19/03/2010, " Erwartung " et " Pierrot lunaire " de Schönberg, " la voix humaine " de Poulenc, Bertrand Bolognesi.

 

Je ne saurais en faire la liste, elles sont légion, mais il est bon je crois de souligner l'inattention de certains d'entre eux. C'est plutôt rigolo, parfois, attristant ! La hâte de publier pour être lu…